A ce titre, je représente l’association “Les Amis de Saint-Antoine” quartier très proche de l’exploitation des gravières de la Meurthe. Ce comité de suivi a un rôle d’information et de suivi de l’exploitation des gravières avec pour objectifs d’informer les membres du comité de l’évolution de l’exploitation des gisements et d’enregistrer les remarques des différents membres. Notre association est la voix des riverains en quelque sorte, nous faisons entendre les craintes des habitants du quartier Saint-Antoine concernant l’exploitation à proximité des habitations et les nuisances éventuelles. Notre but est de défendre les intérêts des riverains de ce quartier.

Nous rencontrons les exploitants de la carrière à peu près deux fois par an, de façon conviviale et cordiale. Les premières rencontres nous ont permis d’être écoutés principalement sur les nuisances sonores mais aussi de bien connaître le projet dans sa globalité, de l’exploitation à la remise en état des lieux avant restitution à la commune. Nous veillons également au suivi des nuisances dues aux poussières, cette vigilance reste d’actualité car l’exploitation se rapproche de plus en plus des habitations. Il n’y a jamais eu de rivalité entre les membres mais bien une envie de participer à améliorer l’ensemble dans l’intérêt de tous.

Je ne pense pas que quelqu’un puisse s’attribuer d’avoir obtenu tel ou tel résultat, il y a simplement une volonté de l’équipe municipale et des dirigeants de la gravière de faire participer un maximum de personnes représentatives sur la commune. Reste à confirmer que ce comité fonctionnera encore jusqu’à la fin de l’exploitation.

Jusqu’à présent il y a une très bonne écoute de la part de la gravière. Deux exemples concrets et rapides ont été le remplacement des sirènes de recul, (obligatoires pour des raisons de sécurité) des engins et camions de l’exploitation par un son appelé “cri du Lynx” qui résonne beaucoup moins et que l’on n’entend plus au loin. Et il y a la préservation de nids d’hirondelles de rivages dans les stockages de sable. A chaque rencontre, les gravières nous présentent l’évolution de l’exploitation et des projets mais aussi leurs différentes participations à des chantiers sur la commune comme par exemple leur contribution à la plantation d’une vigne sur la commune.

Tout cela sans nous faire de grandes illusions sur le pouvoir de cette commission qui reste consultative uniquement, puisque le partenariat s’est fait entre la collectivité et les gravières mais avec une écoute de bon sens.