Qualité béton : de multiples possibilités

Aujourd’hui, le Béton prêt à l’Emploi est de loin le matériau de construction le plus utilisé au monde. Sa fabrication est très encadrée et répond aux exigences de normes françaises très précises. Ce contexte normatif constitue une véritable révolution dans l’art de prescrire, de formuler, de fabriquer et de contrôler les bétons en cohérente avec les autres normes en Europe.On peut dire qu’il n’y a pas « un béton » mais « des bétons » qui vont pouvoir satisfaire les multiples exigences architecturales et la plupart des contraintes techniques des constructions. De nos jours, le Béton Prêt à l’Emploi apporte des solutions concrètes quels que soient les impératifs de résistance, d’esthétique, de sécurité incendie et de façon plus générale de durabilité. Le Béton Prêt à l’Emploi est « le matériau de tous les possibles » car il ouvre un champ d’application quasiment infini. Ses qualités lui permettent de faire partie intégrante de projets multiples et très variés : équipements publics, logements, bureaux, aménagements et ouvrages d’art.

  • Le béton autoplaçant est un béton hyper-fluide qui se met en place, sans vibration, sous l’effet de son propre poids et de ses caractéristiques d’écoulement et d’ouvrabilité. Il épouse ainsi des formes de coffrage complexes et illimitées faisant du béton prêt à l’emploi, le matériau de tous les possibles en architecture.

  • Le béton coloré 

    Matériau minéral par excellence, le béton prêt à l’emploi est généralement de couleur grise. Colorés dans la masse, avec peinture, lasure,… il existe différentes possibilités de lui donner des couleurs.

     

  • Les bétons de remblaiement

    Les bétons auto-compactant pour le remblayage des tranchées combinent caractère auto-plaçant, acquisition de portance rapide et caractéristiques mécaniques volontairement limitées et adaptées à l’usage. Ce sont des mélanges de granulats (sables, gravillons, etc.), de ciment en faible quantité (moins de 100 kg/m3), d’eau et d’adjuvants. Ils permettent le remblayage de tranchées en limitant les nuisances de tous ordres (stockage de matériaux, bruit, sécurité des riverains et des équipes de chantier.

     

     

  • Les sols réalisés en béton drainant durent dans le temps et nécessitent peu d’entretien : pas de flaque d’eau, ils sont anti-dérapants et résistants aux cycles de gel/dégel. C’est aussi une solution purement naturelle qui nourrit la terre : le béton drainant laisse l’eau s’infiltrer dans le sol sans rompre le cycle naturel d’infiltration, très intéressant dans les zones inondables.

     

     

  • Béton routier

    L’intérêt pour l’utilisation du béton prêt à l’emploi dans la réalisation des routes se développe car il comporte de nombreux avantages : durabilité, sécurité en termes de visibilité, bilan économique à long terme très favorable, absence d’orniérage et possibilité de réaliser des chaussées totalement intégrées à l’environnement en employant des granulats des colorants, et des traitements de surface permettant diverses solutions décoratives.

     

  • Le béton désactivé est un béton prêt à l’emploi, coulé à plat, à la surface duquel on pulvérise un produit appelé “désactivant de surface”. Cette action se fait sur le béton lorsqu’il est à l’état frais. La prise du béton en surface est alors retardée, ce qui permet de mettre à nu superficiellement les granulats, par lavage à l’eau puis brossage.

Qualité granulats : de multiples exigences

Pour produire des granulats, il faut transformer une matière première brute hétérogène (roches, galets, sables…) en un produit fini de qualité avec des caractéristiques qualitatives précises selon l’usage que l’on va en faire. Les granulats sont principalement utilisés pour la production de béton ou d’enrobés pour les routes. Ils peuvent aussi être utilisés pour la filtration des eaux usées, pour le ballast des voies ferrées, les filtres de centrale nucléaire, l’alimentation animale, ou la décoration extérieure… A chaque usage correspond des qualités et des normes très précises car les produits doivent garantir la pérennité des ouvrages (ponts, hôpitaux, logements, chaussées,…).

  • Pour la fabrication de béton

    Les produits doivent être non gélifs (pour éviter l’éclatement lié aux cycles de gel / dégel, fréquents dans les départements lorrains) et non réactifs avec le ciment (risque de gonflement et de fissuration du béton). De plus pour garantir la solidité du béton, les granulats doivent être suffisamment résistants aux chocs. Ils doivent également être peu absorbants afin d’optimiser les consommations en eau et en ciment.

  • Pour la fabrication d’enrobés routiers

    Les produits doivent être résistants aux chocs et à l’usure liée à la circulation routière. Les produits sont de ce fait classés selon leurs caractéristiques d’origine et leurs caractéristiques de transformation. Cette classe de qualité permet leur utilisation à différents niveaux d’une chaussée (de la couche de forme en profondeur, à la couche de roulement en surface, et ce en fonction du trafic et de la vitesse autorisée sur la chaussée).

  • Les laboratoires de contrôle sont ainsi équipés d’appareils spécifiques

    Test de résistance aux chocs

  • Vérification de l’absence d’argile

    Les produits doivent être exempts d’argile, notamment pour la fabrication de béton et d’enrobés routier, pour garantir la durabilité des ouvrages (risque de gonflement et de fissuration en présence d’argile).

  • Etude de la propreté des sables

    Les sables doivent être propres, afin de garantir une bonne adhésion avec le liant (ciment ou bitume).

  • Suivi de la régularité granulométrique des produits

    Les produits doivent respecter le fuseau granulométrique pour lequel le producteur s’engage auprès des utilisateurs, afin de garantir une régularité des produits.